Ou comment accepter le défilé des évènements...

poetry

 

Etrangement, ce film m'a d'abord fait pensé à un autre film coréen que je n'avais alors pas aimé du tout, mais qui n'avait cessé de réapparaitre devant moi : Mother.

Ces deux films racontent les difficultés que rencontre une femme du troisième âge qui s'occupe seule d'un garçon.

Dans Mother, le fils est simple et inconscient de ses actes, au grand désarroi de sa mère, qui l'aide de son mieux.

Dans Poetry, au contraire, le petit-fils est un adolescent qui fait partie d'une bande et ne montre aucun signe de remords, ni d'intéret.
La grand-mère doit faire face à des problèmes de mémoire, elle repense à sa jeunesse et décide de prendre des cours de poésie, 시 en coréen.
Tandis qu'elle découvre cet art, elle doit lutter contre ce qu'elle apprend des actions de son petit-fils...
Parallèlement, un groupe de pères essaie de protéger l'avenir de leurs enfants après leur implication dans la mort d'une camarade. Mais la femme ne peut s'empêcher de penser aux tenants et aboutissants des actes perpétrés.