Ou Les Chroniques de Carrie Bradshaw !

Sex and the city 1

 

Ici, j'ai décidé de vous donner la possibilité de lire l'équivalent des chroniques
que Carrie écrit sur son ordinateur en les partageant avec les spectateurs à chaque épisode...

Je trouvais cela bien dommage de ne pouvoir bénéficier de ces conseils qu'en regardant chaque épisode
les uns après les autres...

Ici, vous pourrez filtrer et rechercher plus précisément le conseil dont vous avez besoin.

Il va de soi que ce ne sont pas mes mots, mais quelque part ceux de Candace Bushnell,
mélangés avec ceux des différents scénaristes, sous la plume de Carrie Bradshaw...

Si vous ne trouvez pas ce que vous voulez, ne vous en prenez donc pas à moi,
mais bien à la série télévisée !!

 

Evidemment, avant de me jeter dans cette tâche ardue, j'ai cherché sur le net à trouver ce travail déjà effectué par quelqu'un... mais je n'ai rien trouvé... alors je vais le faire personnellement, tant pis pour le temps que je vais devoir prendre pour le faire...

 

 

Episode 1 : Sex and the City

Il était une fois une journaliste anglaise qui débarque à New York. Elizabeth était belle et intelligente, et évidemment elle se fit immédiatement harponner par un célibataire des villes. Tim était un homme d'affaires séduisant et respecté. Il avait 42 ans et un revenu annuel de 2 millions de dollars.
Ils se rencontrèrent un soir lors d'une exposition dans une galerie d'art branchée. Ce fut immédiatement le coup de foudre.
Pendant deux semaines, ils se firent des bisous, des diners romantiques et passèrent de magnifiques nuits blanches partageant leurs secrets les plus intimes.
Par une chaude journée de printemps, il l'emmena visiter une maison qu'il avait repérée dans le New York Times.
C'est ce jour-là que Tim se jetta à l'eau en lui proposant de rencontrer ses parents le jeudi suivant.
Mais le jeudi suivant, il lui annonça la mauvaise nouvelle : sa mère est souffrante.
N'ayant plus de nouvelles depuis 15 jours, Elizabeth téléphona. Il prétexta une surcharge de travail et lui promit de l'appeler le lendemain. Et elle n'a plus jamis revu cette pourriture.
Un jour, devant un petit café, elle dit : "En Angleterre, lorsqu'on va visiter une maison à deux, ça veut dire que c'est pour toujours." Elle ne savait pas qu'à Manhattan : d'abord on tire, ensuite on écrase. Fini le temps de l'innocence !
Mais on ne connait pas les petits déjeuners tranquilles chez Tiffany's et les romans d'amour qui durent... Ici c'est le règne du café à 7h du mat' et des histoires de fesses à oublier aussi vite que possible. Ici il faut avant tout savoir se protéger et avoir le dernier mot. Cupidon a quitté le poulailler. Comment a-t-on pu se mettre dans un tel merdier ?

Dans cette ville, il y a des milliers voire des dizaines de milliers de femmes qui vivent la même chose.
On les connait et on est tous d'accord pour dire qu'elles sont géniales : elles voyagent, elles paient leurs impots, elles n'hésitent pas à s'offrir une paire de lassets en cuir avec semelles très chic à 400$, et elles sont seules.
C'est comme l'énigme du Sphinx : pourquoi y a-t-il autant de super nanas célibataires et que des nuls chez les célibataires mâles ?

Pour écrire un bon article, il est de bon ton d'interroger quelques amis sur la question. Leurs réponses ont été édifiantes.

Peter Mason, publicitaire, célibataire endurci :
"A 20 ans, un mec sort à peine de ses langes, il est naïf et il se laisse avoir par les femmes. Tandis que vers 30 ans, il commence à prendre de l'assurance et il réalise qu'il s'est fait dévorer par les femmes. Alors d'un coup, il décide de renverser la vapeur - et là, c'est la course du boomrang partie 2 : la vengeance."

Capote Duncan, éditeur, célibataire endurci :
"C'est un problème d'âge et de biologie. Vous voulez vous marier pour faire des gosses, c'est ça ? Mais il faut chercher un père de moins de 35 ans sinon il faudra les faire tout de suite et c'est pas marrant. Je crois que les femmes devraient oublier le mariage... et prendre du bon temps."

Miranda Hobbes, Esq., avocate d'entreprise, célibataire :
"J'ai une copine qui sortait toujours avec des mecs sexys à mort, elle faisait ça juste pour le pied. Un matin, elle s'est réveillée, elle avait 41 ans, elle n'était plus cotée en bourse ; elle en a fait une dépression nerveuse. Elle s'est fait virer de son travail et elle est repartie dans le Wisconsin pour vivre avec sa maman. Croyez-moi, ce n'est pas une histoire qui arrivera à un mec."

Charlotte York, marchande d'art, célibataire :
"La plupart des hommes ont peur des femmes qui réussissent. Si vous voulez en garder un, vous ne devez pas ouvrir le bouche sauf pour lui dire que c'est bien."

Skipper Johnston, créateur de sites web, éternel romantique :
"Je suis convaincu que l'amour dirige tout, il faudrait seulement lui laisser un peu de place. Et c'est exactement ce qui manque ici, à Manhattan, de la place pour l'amour."

Peter Mason : "Ca se passerait mieux si elles étaient moins difficiles. Leur problème, c'est qu'elles ne veulent pas se caser avec n'importe qui."

Miranda Hobbes : "Puisqu'on a déjà vécu 35 ans comme ça, on se dit à quoi bon se caser ? C'est vrai, non ?"

Charlotte York : "On dirait que plus on avance, plus on devient sélectives. On ne va quand même pas s'embarquer avec le premier venu."

Capote Duncan : "Elles veulent toutes épouser Alec Baldwin."

Peter Mason : "Moi, je dis que il y en a pas une seule, pas une seule qui n'a pas refusé de se marier avec un mec génial tout ça parce qu'il était trop gros, trop petit, trop pauvre."

Miranda Hobbes : "J'ai expérimenté différents modèles : des gros, des petits, des pauvres. Il n'y a absolument aucune différence, ils sont aussi égocentriques et insupportables que les grands musclés."

Peter Mason : "Pourquoi est-ce que les femmes ne se contentent pas d'un bon père peinard ? Elles devraient être heureuses de se marier avec une tranche bien grasse et bien épaisse de lard fumé."

Et voilà, encore 30 et quelques bougies de soufflées en compagnie de quelques copines célibataires. Au fond, on aurait préféré faire ça par téléphone.

Samantha Jones, directrice de relations publiques, célibataire :
"Si tu es une femme d'affaires renommée dans cette ville, tu as 2 choix : tu peux pleurer et te morfondre en essayant de trouver le grand amour ou alors tu t'en fous et tu gère ton sexe toute seule comme un mec (sans faire de sentiments). C'est la toute première fois dans l'histoire de Manhattan que les femmes ont autant de fric et de pouvoir que les hommmes, plus la liberté de traiter ces messieurs comme des objets sexuels."

Miranda Hobbes : "Oui, à part que ces messieurs n'acceptent pas la règle du jeu, ils ne veulent pas vivre avec nous, mais dès qu'ils s'aperçoivent qu'on les utilise que pour le sexe, ils n'apprécient pas du tout. Tout d'un coup, ça leur fait un choc, et boom- tout redescend."

Charlotte York : "Vous êtes en train de dire que vous ne croyez plus à l'amour, c'est triste."

Carrie : "T'inquiètes pas, le jour où elles rencontreront le mec idéal, tu verras toutes leurs théories iront droit à la poubelle."

Samantha Jones : "Le mec idéal, ce n'est qu'une illusion, quand tu as compris ça, tu peux enfin commencer à vivre."

Carrie : "Tu crois qu'une femme arrive à n'être plus qu'un sexe, comme un homme ?"

Etait-ce vrai ? Est-ce que les new-yorkaises avaient vraiment mis un point final à l'amour ? Est-ce qu'elles ne pensaient vraiment qu'au sexe ? Il est vrai que ça peut être tentant.

Stanford Blatch, patron d'une agence de mannequin qui ne compte qu'un seul mannequin pour le moment :
"Tu sais, je commence à penser que le seul endroit où l'on rencontre des gens qui vivent un grand amour partagé, c'est dans la communauté gay. Le genre d'amour où on a envie de ne voir personne d'autre."

 

Episode 2 : des mannequins et des hommes

Si un homme sort avec des tops models, une nana normale n'a aucune chance. Il faut absolument être une bombe pour avoir un copain à New York ?
Les tombeurs de tops models sont une race à part entière. Il y a un faussé entre ce genre de mecs et les gens normaux. Ils coucheraient avec tout ce qui est bien gaulé. Mais il ne suffit pas d'être belle, il faut être un top, sinon on n'a aucune chance. Pour se faire tirer, il faut avoir fait au moins une couverture de magasine. A Manhattan, les mannequins courent les rues et transforment la ville en un gigantesque safari où les hommes approchent les filles dans leur milieu naturel. C'est pour ça que les tombeurs vivent à New York.
Comme si on avait pas assez de problèmes.
Ce qu'il serait intéressant de savoir, c'est pourquoi et quand les hommes ont décidé de se farcir ce genre de femmes.
Nous devrions juste admettre que nous vivons dans un monde où personne ne peut instaurer un nouveau standard de beauté.
Si les mannequins pouvaient changer le comportement d'une femme, du moins l'influencer, quel était donc le pouvoir réel de la beauté ?

Cassie Fields, runway model :
"Il y a 2 types de mecs qui sont sensibles aux femmes, les uns nous prennent pour des objets sexuels, tandis que les autres tombent éperdument amoureux de nous juste pour une nuit."

Nick Waxler, modelizer :
"Pourquoi baiser une fille avec une jupe, alors que la fille se laissera de toute façon baiser pour faire la pub de cette jupe."

Cassie Fields : "Etre belle, c'est un atout merveilleux. On peut avoir absolument tout ce qu'on veut."

Nick Waxler : "Ce n'est pas que les mannequins n'ont pas de cerveau, elles en ont un, mais elles n'ont pas besoin de s'en servir.

Bartley, tombeur : "Les tops ne sont pas gagnantes sur tous les tableaux. C'est plus facile de sortir un mannequin qu'une fille ordinaire car ce qu'elles font toute la journée c'est exactement ce que les gens normaux appellent les vacances, c'est tout. Ce n'est pas facile de les rencontrer ; le secret, c'est que tu dois les traiter comme des filles normales, sauf que tu dois bien être capable de les sortir dans des endroits très bien fréquentés et surtout très connus, sinon t'es fini, c'est simple. Ces choses-là, c'est comme des chiens, tu dois pas leur montrer que t'as peur. Ce sont des choses, de belles choses, ma vie tourne autour de ça, de leur beauté."

Il n'est cependant pas trop difficile de se rendre compte que l'on peut encore rencontrer des gens normaux dans cette jungle qu'est New York.
Il est possible qu'il existe une malédiction pour les gens qui veulent aider leurs amis. C'est pas croyable, non ?
Où peut-on trouver le plus de tombeurs sans pour autant les déranger ? Dans les coulisses d'un défilé. La plupart des hommes considèrent le fait de sortir avec des mannequins comme une sorte de sport, tandis que les autres s'en servent pour se faire plaisir.
Il y en a probablement un minorité qui apprécient tout simplement les belles femmes.

Il y a des choses qu'il faut savoir accepter ou non de la science.
On peut se demander s'il y a des lois physiques pour la beauté. Peut-être que ça marche comme des aimants. Peut-être que les mannequins ne peuvent être attirés que par des gens normaux.
C'est dur de s'imaginer que quelqu'un puisse être aussi seul en étant si beau.
Etre belle, c'est comme avoir un superbe duplex avec terrasse, les gens ne s'intéressent qu'à ça en fait. La beauté n'est en réalité qu'une belle façade, mais ne reflète pas la profondeur.
Il y a des tas de filles splendides dans cette ville, mais en fin de compte, on préfère être en compagnie de celle qui nous fait rire.
Finalement, la beauté, c'est éphémère.

 

Episode 3 : la baie des cochons mariés

Une des choses les plus agréables quand on a habite une ville comme New-York, c'est de la quitter.
Pour un couple marié, les invités de la maison sont toujours censés être l'attraction du dîner. Les agents de change donnent des conseils d'investissement, les architectes des conseils de décoration ; quant aux célibataires, ils fournissent à leurs amis mariés les détails croustillants de leurs escapades sexuelles.
Pour certaines femmes, le mariage est une bénédiction que l'on cherche désespérément.
Pour les femmes mariées, les célibataires sont détestables ou alors elles les regardent avec pitié.
Les bons couples mariés sont tous les ennemis des célibataires. Y a-t-il réellement une guerre froide secrète entre les mariés et les célibataires ?

Lorsque l'on est marié, "je" deviens vite "nous".
Lorsque les femmes sont mariées, elles oublient qui elles étaient.
Le problème, c'est ce que l'on attend de la vie, il y a des femmes qui choisissent d'évoluer un peu, de faire face à la réalité et de se marier ; d'autres choisissent de vivre une petite existence étriquée ou alors de se complaire dans l'adolescence.
Le destin de la célibataire du 3ème millénaire est-il seulement d'être donneuse d'ovule pour les couples homosexuels mariés ; de ne même pas être considérée comme une femme, mais comme une femme à oeuf ?
Ou alors être seule veut-il dire seulement que l'on est lesbienne ?

Peut-être que cette guerre froide ne repose pas sur la haine, mais sur la peur ; la peur de l'inconnu. Les gens mariés ne détestent pas les célibataires, ils veulent simplement les cerner.
Il est parfois désagréable d'être célibataire quand des amis mariés [lui] arrangent un coup par surprise.
Peut-être que la guerre et les célibataires est comme la guerre en Irlande du Nord, au fond on est tous pareils, mais pour une raison X ou Y on s'est retrouvé d'un côté ou de l'autre. Bien sûr c'est super de rentrer chez soi main dans la main avec un homme, mais parfois il n'y a rien de mieux que de retrouver ses copines célibataires pour aller voir un film.

 

Episode 4 : vingt ans et des poussières

Il était une fois, dans un lointain royaume, un homme déterminé et une femme un peu moins déterminée qui tombaient sans arrêt l'un sur l'autre. Ils se rencontraient partout. On aurait presque dit qu'ils se donnaient rendez-vous accidentellement. Et un jour, après une autre rencontre fortuite, ils décidèrent qu'il était grand temps de prendre un véritable rendez-vous.
Deux avis valent mieux qu'un, cela s'applique aux médecins, à l'immobilier et aux hommes.
Les hommes dans la quarantaine sont comme les mots croisés du supplément du dimanche, complexes, insolubles et on n'est jamais sûr d'avoir trouvé la bonne réponse.
Il y a une grande variété de superbes jeunes gens de vingt ans et des poussières, ce qui est surprenant : le mec branché, le cadre supérieur, le comique de service, le mineur qui fraude...
On oublie parfois ce que ça fait d'embrasser sans aller plus loin.
Les hommes de vingt ans agiraient-ils les trentenaires comme une drogue ? Certaines femmes sont des consommatrices occasionnelles, mais ne risquent-elles pas d'être dépassées par la situation. D'accord, l'on est attiré par les jeunes pour plusieurs raisons, mais on peut se demander ce qui les attirent chez les femmes plus âgées. Pour leur reconnaissance, leur connaissance, le fait qu'elles sachent qui elles sont et ce qu'elles veulent, par exemple.

Si les femmes de la trentaine ne trouvent pas un homme de leur âge qui soit disponible à New-York, est-ce parce que le maire les expulsés en même temps que les sans-abris ? Est-ce une question uniquement d'âge ou parce que les jeunes les rassurent ? A moins que ce soit surtout une question de sexe, de performance, de disponibilité, de bonne volonté, une question de sexe ?
Lors des relations anales, c'est le pouvoir le véritable enjeu. Si on empreinte ce passage, le pouvoir va changer de main, soit c'est l'homme qui va prendre le dessus, soit c'est la femme. Maintenant, il y en a qui pensent que c'est celui qui a le pénis qui détient le pouvoir. Ce qu'il faut se demander, c'est si tu le laisse entrer par là, est-il te respectera plus ou moins qu'avant. C'est tout ce qui compte.
Avec un homme qui a de l'expérience et un bon lubrifiant...

Pourquoi les relations sont-elles devenues si compliquées ? On vient à regretter l'époque où la fin du dîner, c'est le dessert, pas le lubrifiant.
Parfois, on peut remplacer une dépendance par une autre encore plus forte.
Il est difficile d'expliquer pourquoi dans une ville où il y a 10 millions d'hommes, on rencontre toujours celui que vous ne voulez pas voir et jamais celui que vous voulez voir.
Peut-être que tous les hommes sont une drogue, parfois ils vous tirent vers le fond, mais parfois ils vous donnent des ailes.

 

Episode 5 : le pouvoir sexuel des femmes

Où est la limite entre une petite amie très expérimentée et une poule de luxe ?
Certaines femmes sont enviables. Leurs vies sont de véritables tourbillons d'hommes, de vêtements haute couture, de vacances de rêves. Elles ne travaillent pas pour vivre. Elles possèdent un éblouissant pouvoir de séduction qu'elles exploitent à leur guise. Ce qui peut être une énigme totale.
Les femmes ont le droit d'utiliser tous les moyens dont elles disposent pour atteindre le pouvoir.
Le pouvoir sexuel de certaines femmes peut-il finir par écraser de pauvres hommes ?

L'argent, c'est le pouvoir. Le sexe, c'est le pouvoir. Donc quand on te paie pour le sexe, c'est uniquement un échange de pouvoirs.
Les hommes donnent, les femmes reçoivent, c'est une processus biologique.
La chatte se rapproche de la pureté universelle de Dieu lui-même. C'est la force la plus puissante qui existe dans cet univers, la source essentielle de vie, de plaisir et de beauté. La vérité ne se trouverait pas dans la chatte d'une femme, selon Nevil Morgan.

 

Episode 6 : Liaisons secrètes

Si tu veux avoir une chance de garder un homme, tu dois le faire patienter pendant au moins 5 rendez-vous. Le nombre de rendez-vous qu'il faut atteindre avant de coucher avec un type est proportionnel à ton âge.
Coucher avec un homme dès le premier rendez-vous ne semble pas être une preuve de maturité.
Combien de personnes s'éclatent au plumard avec des gens qu'ils ont honte de présenter à leurs amis. Certains ont au contraire beaucoup d'expérience sexuelles et n'en font aucun secret.
Certaines femmes ont le chic pour transformer une situation tragique en situation inespérée.
Etait-ce la forme d'intimité ultime que prenant une liaision secrète existant à l'état pur loin de tous les préjugés de ce monde ou était-ce une autre façon pour nous de renier nos sentimens et de compartimenter émotionnellement nos vies.

 

Episode 7 : la monogamie

L'île de Manhattan est un charmant village peuplé de plus de 7 millions d'individus fascinants qui se comportent tous comme si ce royaume leur appartenait. Pourtant depuis quelques temps, on dirait que comme par enchantement toutes les fourmis ont quitté la fourmillière sauf deux : Nous. On parle, on rit, on s'embrasse. Les heures sembles des minutes, les semaines paraissent quelques jours. Tout ça pour dire qu'il faudrait peut-être réviser la théorie de relativité d'Einstein en y apportant quelques points essentiels qui expliqueraient les réactions particulières que provoque l'état amoureux. Mais qu'en est-il des amies pendant tout ce temps passé en galante compagnie ?

Une fellation peut être aussi géniale pour une femme. C'est un cadeau du ciel pour les femmes, tu peux t'éclater sans avoir peut d'être enceinte. Et en plus, tu as un pouvoir sur eux très excitant ; tu es peut-être à genoux, mais tu les tiens par les couilles.

Dans certaines relations, pour une femme, l'idée même de tromper l'autre c'est comme d'essayer de faire entrer un nouvel ensemble dans une valise déjà pleine ; et ce même si la question de la fidélité n'as pas encore été abordée. Par contre un homme peut coucher avec d'autres femmes le plus naturellement du monde. Est-ce que les hommes ont une aversion innée pour la monogamie ? Ou est-ce de la perversion ?
Peut-on croire à la monogamie dans une ville comme New-York où le danger en bas résille vous fouette à chaque coin de rue ?
Pour certains, la définition de la monogamie, c'est de coucher avec sa femme et des putes.
Pour d'autres, le problème de la monogamie, c'est que c'est incroyablement ennuyeux.
Il y aurait aussi une nouvelle monogamie, qui procure des relations à part mais où l'on échange ni le sperme, ni les numéros de téléphone.
La monogamie, c'est fabuleux : vous arrivez à être en parfaite connexion avec l'être aimé, puis vous n'avez plus besoin de vous faire épiler aussi souvent.
La monogamie est en totale déroute, elle a eu une brève réapparition il y a quelques temps, mais à l'approche du 2ème millénaire, tout le monde reprend vite ses positions.

Les sentiments qu'un homme éprouve pour une femme ne seraient-ils pas seulement en fait la projection des sentiments qu'elle éprouve pour lui ?

Parfois quand la vie vous tend de mauvais pièges, qui font que l'on est tellement pris au dépourvu que l'on n'arrive même pas à réaliser que l'on est de nouveau seul, il n'y a plus qu'une choses à faire : la fête jusqu'au bout de la nuit. La monogamie paraît alors être une idée très rabat-joie.

Ce qu'il y a de génial quand on est un écrivain à succès, à part bien sûr d'être adulé et acclamé, c'est de savoir qu'on pompe toutes ses idées chez les autres, à moins que ce ne soit la fait de pouvoir se comporter comme un trou du cul et que tout le monde trouve ça génial.
Dans une ville qui vous laisse tant de choix, quelques fois c'est rassurant de se dire qu'on a fait le bon.

 

Episode 8 : un lit pour trois

Tous les mecs rèvent de faire ça à trois, avec deux femmes. C'est le fantasme des années 90.
En 80, c'était la sodomie. Aucun taboo dans le sexe.
Il ne faut pas pour autant se laisser mettre la pression, ça doit juste les faire marer que l'on devienne lesbienne pour une nuit.
Baiser à trois, pas de problème, mais il faut être la star, celle qu'on supplie de participer, qui s'éclate et qui dit au revoir, la profiteuse en somme. C'est génial, tu prends ton pied sans t'inquiéter de ce que pensera ton mec.
Les hommes disent qu'ils nous trouvent sexy, ils nous persuadent qu'on est une bombe pour mieux nous faire passer la pilule et ainsi tu te retrouve au lit avec une autre femme pendant qu'il se masturbe. Tu fais ce que tu veux, mais l'autre ne doit pas être une copine, il faut trouver une fille anonyme dans un bar ou dans une boite.
Est-ce qu'il fallait faire l'amour à trois pour être au top ? En tout cas, ce qui est clair, c'est que les hommes ne se posent plus la question. Et en y regardant de plus près, on retrouve le même schéma partout. Tout ce qui nous entoure marche par 3 : il y a le lait entier, demi-écrémé, écrémé ; les premières classes, les classes affaire et économique...
Peut-être qu'en réalité, on n'a pas été conçus pour faire l'amour à deux. Et peut-être que l'amour à trois, c'est l'avenir de l'amour.

Est-ce qu'on connait vraiment celui avec lequel on partage sa vie ? C'est tout de même étrange d'envisager de faire l'amour avec une inconnue pour se rapprocher d'un homme.
Certaines femmes ont ce pouvoir au moment où vous avez l'impression d'avoir les idées aussi clair qu'un ciel d'été de vous sortir une pensée philosophique digne du dalaï-lama. Même si vous êtes rassurés la seconde d'après.

Comment se fait-il que nouer une cravate autour du cou d'un homme soit parfois plus sexy que de lui enlever ?
L'amour à trois est inévitable parce que même si vous êtes la seule dans le lit, une autre y a forcément été avant vous.
C'est incroyable comme le port d'un masque peut libérer toutes nos inhibitions.
Finalement, c'est plus facile de faire des folies à trois que de vivre une vraie intimité à deux.

 

Episode 9 : le lièvre et la tortue

Dans cette ville où tout le monde était parfait, personne n'arrivait à la cheville de Brooke. Elle était décoratrice d'intérieur et n'était sortie qu'avec des types de premier choix. Pour Brooke, chaque samedi soir ressemblait au bal de promo. Alors quand elle s'est mariée, tout le monde mourait d'envie de voir qui était l'heureux élu. Brooke avait dit un jour que cet homme était aussi ennuyeux qu'un rat mort. Ce mariage avait coûté environ 100 000 $. Les banquiers étaient avec leurs femmes qui n'en voulaient qu'à leur argent. Les camarades de promotion avaient été invitées. Comme c'était un très grand mariage, il y avait deux tables réservées aux célibataires.
Est-il toujours mieux d'épouser un homme qui vous aime plus que vous ne l'aimez.
Pourquoi tant de gens se marient alors qu'ils ne s'aiment pas ? pour ne plus être seuls ? par dépit ? pour avoir l'asile politique ?
Peut-on épouser un homme qui ne veut plus se marier .
Les mecs qui ont envie de se marier, c'est parce qu'ils ont besoin qu'on les materne. Et ce n'est pas exactement le spécimen recherché.
Pourquoi ne pas passer 5 ans avec un homme, et ensuite si on le plaque, on ne lui devra rien.
On ne pense pas forcément à se marier jusqu'à ce que l'homme dise qu'il ne veut pas et c'est là qu'on n'arrête pas d'y penser.
Il faut faire celle qui s'en fout et laisser venir. Ensuite il va se demander pourquoi ça nous est égal et à ce moment-là  un nouveau jeu va commencer.

Une relation doit être basée sur l'honnèteté et la communication si on veut avoir une chance que ça réussisse.
Dans 50 ans, les hommes seront tous obsolètes. On ne leur parle déjà plus beaucoup, on a plus besoin d'eux pour avoir des enfants, ni même pour faire l'amour.
On ne peut tout de même pas remplacer un homme par un de ces appareils qui marche à piles. Un vibromasseur ne vous téléphone pas pour votre anniversaire, il ne vous envoie pas de fleurs et vous ne pouvez pas le présenter à votre mère. Mais au moins on sait à quand remonte son dernier orgasme.

On a toutes envie de rencontrer le prince charmant et qu'il nous emmène sur son beau cheval blanc, cela dit à force d'attendre, on se contente d'un gars qui va nous tenir chaud l'hiver.

Il n'y aurait rien de mieux que le yoga pour calmer un esprit troublé.
On peut avoir peur que, si on arrête pas d'utiliser son vibromasseur, on soit bien moins attirées par les hommes qu'avant.

Il peut être arrivé qu'on soit avec un homme qui fasse tout ce qui nous plaît, quelques fois c'est génial, mais quelques fois on a quand même du mal à jouir. Avec le vibromasseur à tous les coups "BOUM" on a un orgasme et ça peut même durer pendant 5 minutes. Il n'y a rien qui nous l'interdise, mais aucun homme n'arriverait à égaler ça. Ça peut faire peur et en venir à poser la question de savoir ce qu'on va devenir. Cependant on a toujours la solution de continuer même si on est avec un mec. On peut facilement devenir accro.

La puberté est une phase, 15 ans de rejet c'est un style de vie.
Avoir une vie équilibrée c'est important.
En regardant autour de soi tous ses souvenirs, ses photos de famille, ses visages de jeunes mariés, ses enfants et ses petits-enfants, on peut se rendre compte qu'on veut la même chose.
La seule façon de vivre heureux c'est de vivre à fond l'instant présent et de ne pas s'inquiéter pour l'avenir.